Porno mais pas pour eux

Soirée continue sur l’exposition des enfants à la pornographie

Nous, adultes, savons éviter les pièges du Web. Mais qu’en est-il de nos enfants ? À 10 ans, la plupart ont déjà vu des images pornographiques. Parce qu’il est temps de s’interroger sur les moyens de protéger les plus jeunes tout en les éclairant sur la sexualité, France 2 propose, mercredi 9 octobre, une soirée avec la fiction Connexion intime, suivie du documentaire Pornographie : un jeu d’enfant et d’un débat animé par Julian Bugier. Ainsi que 5 vidéos sur france tv éducation.

Connexion intime
Armelle Deutsch et Marilyn Lima dans « Connexion intime ». © Bernard Barbereau / Cinétévé / FTV

Mère de trois filles, Anne-Marie Avouac, réalisatrice du documentaire Pornographie : un jeu d’enfant, s’est emparée de ce sujet. Explications 

Qui vous a proposé de faire ce documentaire ?
Anne-Marie Avouac : 
La productrice Fabienne Servan-Schreiber. Je venais de terminer un documentaire sur les relations toxiques mère-enfant pour France 5 : Ma mère, mon poison. Je suppose qu'elle a dû en apprécier la sensibilité.

Comment vous êtes-vous documentée ?
A.-M. A. :
Je vais assez peu sur Internet pour mes recherches. Je préfère construire mon sujet au fil des rencontres. De fil en aiguille, grâce à Thomas Rohmer, président de l’association OPEN (l’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique), j'ai pu accéder aux parents et aux jeunes qui témoignent dans le film, ainsi qu’au Dr Israël Nisand, gynécologue très impliqué dans l'information et l'éducation des ados. Les gendarmes de l’unité spéciale m’ont été présentés par la juge pour enfants de Nîmes. 
 

En l’absence d’enseignement et d’éducation, elles/ils se tournent vers Internet, tapent « sexe » dans leur moteur de recherche et y découvrent des films atroces, d’une incroyable violence.

Anne-Marie Avouac

Pourquoi les ados sont-ils si fortement fascinés par la pornographie ?
A.-M. A. :
Avec la montée des hormones, il est tout à fait normal qu’un.e adolescent.e se pose des questions sur sa sexualité. Et, en l’absence d’enseignement et d’éducation, elles/ils se tournent vers Internet, tapent « sexe » dans leur moteur de recherche et y découvrent des films atroces, d’une incroyable violence. Moi qui en étais restée à Emmanuelle et au porno de Canal+, je suis tombée de ma chaise... C’est de la boucherie ! Avec de très gros plans, devant lesquels les jeunes restent scotchés. L’addiction à ce type d’images est ultrarapide. 

Qu’est-ce qui vous a le plus choquée lors de vos interviews ?
A.-M. A. :
Ceux qui deviennent « addicts » à ces films tendent aussi à les reproduire et fabriquent leurs propres images. La représentation de la sexualité par le porno est déformée. Mais les ados, se construisant par mimétisme, calquent leur comportement sur cette vision erronée. J’ai rencontré, par le biais d’une psychologue, une jeune fille qui ne savait pas comment déclarer ses sentiments à un garçon. Le moyen qu’elle a choisi a été de lui envoyer une vidéo d’elle en train de se masturber. Les codes sont totalement explosés !

Installer un contrôle parental sur les ordinateurs à la maison ; ne pas hésiter à en parler en famille.

 

Anne-Marie Avouac

Que faut-il faire alors en tant que parents ?
A.-M. A. :
Je me suis rendu compte en faisant ce documentaire qu’il n’y avait quasiment pas d’éducation sexuelle à l’école, par manque de moyens et de formation. Alors qu’elle est obligatoire. Le Dr Nisand supplée à ce défaut depuis plus de vingt ans de manière bénévole. Mais cela reste insuffisant et les jeunes cherchent l’information où ils peuvent. La source la plus aisée étant Internet. C’est pourquoi les parents doivent, pour les plus jeunes, installer un contrôle parental sur les ordinateurs à la maison ; ne pas hésiter à en parler en famille afin de prévenir les enfants de ce qu’ils peuvent voir ailleurs ; leur dire que les films pornos ne représentent pas la réalité ; ouvrir le dialogue. Ainsi les enfants sauront qu’ils peuvent à tout moment en discuter avec des adultes. Si les parents ne sont pas à l’aise pour en parler avec leurs enfants, il existe le Café des parents ou des associations pour les aider. Le gouvernement travaille actuellement à la mise en place d’une charte à destination des opérateurs Internet afin de bloquer les sites qui ne respectent pas la loi de protection des mineurs. 

Vous avez également réalisé cinq modules pour france tv éducation...
A.-M. A. :
Oui, on pourra en découvrir des extraits lors du débat animé par Julian Bugier après la diffusion du documentaire, et l’intégralité des modules sur le site france tv éducation. Autour de cinq thèmes, j’ai interviewé d’autres professionnels de la santé ou de l’éducation, en plus de ceux présents dans le documentaire, et filmé la nouvelle émission sur Internet de Christian Spitz (alias « Le Doc »), Thomas Rohmer et Céline Tran (ex-actrice porno), qui sera en ligne dans les prochains jours. Il y a encore beaucoup à faire, mais il existe déjà une vraie prise de conscience du problème.

Propos recueillis par Diane Ermel

Soirée continue : « Pornographie : jeunesse en danger »
 

Connexion intime
Luna Carpiaux et Marilyn Lima dans « Connexion intime ».
© Bernard Barbereau / FTV

21.05 : Connexion intime

Chloé, 15 ans, nouvelle venue au lycée, noue une amitié intense avec Luna, une fille charismatique et affranchie qui l’aide à s’intégrer rapidement. Chloé rencontre aussi Félix, l’ex de Luna, un bad boy à la beauté angélique, addict au porno, dont elle tombe amoureuse. Un triangle amical et amoureux se met alors en place, Luna devenant le mentor sentimental de son amie. Ainsi, quand Félix demande une fellation à Chloé à peine leur premier baiser échangé, Luna explique à son amie que c’est la nouvelle norme. 

Fiction (France - 95 min - 2019) - Réalisation Renaud Bertrand - Scénario Laure de Colbert - Production Fabienne Servran-Schreiber et Delphine Claudel Cinétévé et France Télévisions

Distribution :
Luna Carpiaux* (Chloé), Marilyn Lima (Luna), Jules Houplain (Félix), Armelle Deutsch (Aurélie), Marius Colucci (Cyril), Julien Pestel (Nicolas), Élodie Navarre (Jeanne), Stéphane Rideau (Marc), Mahia Zrouki (Mélanie), Bruni Makaya (Désiré), Julien Ledet (Enzo), Béatrice Facquer (Stéphanie)... 

* Prix de la meilleure interprétation féminine (ex-aequo) pour Luna Carpiaux au Festival de la fiction de La Rochelle 2019. 

Connexion intime sera disponible dès 06.00 sur france.tv

22.40 : Pornographie : un jeu d’enfant 

Pornographie : un jeu d'enfant
« Pornographie : un jeu d’enfant ».
© DR / FTV

En France, c’est en moyenne à l’âge de 10 ans qu’un enfant est confronté pour la première fois à la pornographie en ligne, sans le moindre filtre. Les conséquences psychologiques et affectives de cette exposition sont dramatiques, les spécialistes parlent de « viol psychique ». À travers les témoignages d’adolescents et de jeunes adultes d’une authenticité rare, ce documentaire décrypte un phénomène nouveau qui prolifère sur la Toile, en dehors de tout cadre légal.

Documentaire (52 min - 2019) - Réalisation Anne-Marie Avouac -Production Fabienne Servan-Schreiber et Estelle MauriacCinétévé, avec la participation de France Télévisions, de la RTBF et de la RTS 

Pornographie : un jeu d’enfant est à voir et revoir sur france.tv 

23.35 Débat « Pornographie : jeunesse en danger »

Julian Bugier donnera la parole à des jeunes qui témoigneront de leur rapport à la pornographie. Il accueillera aussi des médecins, psychothérapeutes et professionnels de l’enfance qui alertent sur les dangers de l’exposition précoce à la pornographie et demandent aux pouvoirs publics de réagir face à l’accès de plus en plus banalisé à ces images illégales.

Les invité.e.s 
Adrien Taquet
, secrétaire d'État à la Protection de l'enfance
Israël Nisand, gynécologue
Serge Hefez, pédopsychiatre
Ingrid Lefrère, adjudante, brigade de prévention de la délinquance juvénile du Gard
Soltana, 22 ans, ne condamne pas la pornographie, même si elle pense que toutes les jeunes femmes la « subissent ». Elle insiste sur la grande nécessité d'éduquer les garçons et les filles à la sexualité.
Camille, 22 ans, a créé l’Instagram « Je m'en bats le clito » pour répondre à des questions sur la sexualité et le plaisir féminin. Elle a presque 400 000 abonnés – dont la majorité a entre 13 et 18 ans –, qui témoignent, l'interrogent et lui demandent des conseils.

Et pour aller plus loin : sur france tv éducation 

Sur internet
Cinq vidéos pour informer, décrypter, mettre en garde, libérer la parole.
© DR / Studio FTV 

Ados : le porno à portée de clic

Porn addict. Parlons porno. Porno, le choc du premier clic. Le porno, c’est du cinéma. Non, c'est non !

Modules pédagogiques (5 x 7 min - 2019) - Réalisation Anne-Marie Avouac
Production Cinétévé, France tv éducation et Canopé, en partenariat avec La Ligue de l’enseignement et l’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique (Thomas Rohmer)

Des questions sur la sexualité ? 

Publié par
Diane Ermel
le 08/10/2019
Soirée sur la pornographie
Désactivé