La tour Eiffel : 130 ans et toujours à la pointe

« Des racines et des ailes »

À l’occasion des Journées du patrimoine, Carole Gaessler revisite le monument symbole de la France au travers de reportages inédits. Construite pour l’exposition universelle de 1889, la Dame de fer devait être démontée vingt ans plus tard. Son architecte, Gustave Eiffel, a admirablement anticipé cette infamie ! Mercredi  à 21.00, sur France 3.

Carole Gaessler devant la Dame de fer
Carole Gaessler. © Jean-Philippe Baltel / FTV

130 ans et toujours debout !
À travers le monde, elle symbolise à la fois Paris et la France, elle a une santé de fer et pourtant elle a soufflé ses 130 bougies en mai dernier. La tour Eiffel ne cesse de fasciner le monde et les Français, pourtant elle fut très vivement critiquée et les riverains du Champ-de-Mars avaient même levé une pétition pour la faire démonter. 
Gustave Eiffel ne l’entendait pas de cette oreille et avait imaginé, dès les premières heures après la naissance de son œuvre, une utilité scientifique qui la protégerait de toute velléité de déconstruction.   
Il commença par y autoriser de nombreuses expériences et observations météorologiques, astronomiques, physiques… Gustave Eiffel se réserva d’ailleurs un bureau au troisième étage pour y faire des observations d’astronomie et de physiologie. 
Il y a ensuite permis une des premières campagnes de communication d’envergure, elle a aussi servi de support publicitaire géant pour Citroën chaque année entre 1925 et 1934.

Le sans-fil sauve la Tour
Finalement, son rôle d’antenne de communication sauve la tour définitivement. Dès 1898, grâce aux transmissions télégraphiques. En 1903, l’architecte propose les services de la Grande Dame à la Grande Muette et après six ans d’essais, une station souterraine de radiotélégraphie militaire est installée. Cette station TSF eut un rôle crucial à maintes reprises durant la Première Guerre mondiale (dans l’épisode des taxis de la Marne ou l’arrestation de Mata Hari). Enfin, en 1921, la radio civile s’empare des ondes émissent depuis le toit de Paris avant de concéder un peu d’espace, en 1935, à la toute jeune télévision. Les Français purent suivre ainsi, pour la première fois, en direct et en Eurovision, le couronnement de la reine d’Angleterre, en 1953.
Depuis lors, la Dame de fer ne cesse de s’adapter aux progrès technologiques : des paraboles assurent la diffusion des trois chaînes, en 2000 une nouvelle antenne UHF l’élève à 324 mètres et, depuis 2010, des travaux la préparent au passage au tout numérique en Île-de-France.

La Tour se met au vert
Et, depuis 2015, la Grande Dame a pris le virage du développement durable puisque deux éoliennes ont été installées au deuxième étage, à 127 mètres du sol. Elles peuvent produire jusqu’à 10 000 kWh par an, soit la consommation de la boutique du premier étage. Elles viennent en addition des panneaux solaires, d’ampoules Led, de systèmes de récupération des eaux de pluie, de pompes à chaleur, etc.

En chiffres

21 mois de travaux (1er juillet 1887-31 mars 1889)
50 ingénieurs 
300 ouvriers
324 mètres de hauteur
1 665 marches
6 ascenseurs
16 tuyaux de fonte de 50 cm de diamètre servent de paratonnerre
20 ans était sa durée de vie initialement prévue
434 milliards d’euros, son prix de construction aujourd’hui
4 à 8 cm est le rétrécissement dû au froid que la tour subit l’hiver
18 cm, son record d’inclinaison dû à la dilatation du métal l’été
7 millions de visiteurs par an
300 millions de visiteurs depuis son ouverture au public
367 morts par défi, accidents ou suicides 
16 tonnes de peinture sont nécessaires à son ravalement
20 000 ampoules l’illuminent 
30 (environ) répliques de la tour existent de par le monde
4 tonnes de souvenirs sont livrés chaque jour et 
4 à 8 tonnes de nourriture
6,7 GWh, c’est la consommation électrique annuelle de la tour (soit une ville de 3 000 habitants)
120 antennes
45 chaînes de télévision
32 stations de radio 

Des racines et des ailes

Présentation ​Carole Gaessler - Réalisation Jean-Luc Orabona

Des racines et des ailes est diffusé mercredi 18 septembre à 21.00 sur France 3
À voir ou revoir sur france.tv 

Publié par
Diane Ermel
le 17/09/2019
France 3 / DRDA
Désactivé